Après la révolution du capital


Fiche technique


Auteur(s) : Jacques Wajnsztejn
Éditeur : L'Harmattan
Lieu d'édition : Paris  
Collection : Temps critiques 
Date de parution : septembre 2007
Nombre de pages : 269 p. 
Dimensions : 13,5 cm × 22,0 cm × 1,8 cm  
Présentation : broché   
ISBN : 978-2-296-04167-7
EAN : 9782296041677


Commandes pour libraires

Diffusion et distribution : Éditions L'Harmattan, collection Temps critiques


Présentation

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

en complément de la présentation ci-dessous voir le texte suivant

 

Le capital, par la socialisation de la production et du revenu, l’englobement de la contradiction entre rapports de production et forces productives, l’intégration de la techno-science au procès de production et la dissolution des classes sujets de l’Histoire, semble avoir réalisé la majeure partie de ce qui était dévolu, par la théorie marxiste, à la phase de transition vers le socialisme. Il s’agit d’une véritable révolution du capital qui, par sa dynamique, a supplanté une révolution prolétarienne d’abord réprimée, puis battue et enfin devenue introuvable lors du dernier assaut des années 1960-1970.
Cette révolution n’a pas touché que l’exploitation de la nature, elle a aussi transformé l’être humain lui-même, dans une révolution anthropologique qui a fait se rejoindre les « besoins » des individus et la logique du capital, produisant ce que nous appelons la société capitalisée. La domination qu’elle réalise semble non systémique puisqu’elle est perçue massivement comme une fatalité qu’il suffirait de contrôler.
Pour le moment, l’horizon pour une autre révolution, celle-là réalisée à titre humain, apparaît donc bouché. Ne demeurent que des révoltes du désespoir et des luttes contre l’intolérable ou bien encore la peur des grands cataclysmes.
L’appel velléitaire à la communisation des activités humaines ou la référence à une tension des individus vers la communauté humaine ne nous montre pas clairement de chemin vers la sortie.
Ces nouvelles conditions rendent caduque l’ancienne contradiction entre révolution et réforme, et obligent à reconsidérer la portée politique des pratiques alternatives d’action directe, telles que la lutte contre les OGM ou contre le nucléaire.


Sommaire