II- L’État de la société capitalisée


L’État réseau et l’individu démocratique, Jacques Guigou, Jacques Wajnsztejn

La crise de la forme État-nation
La médiation politique qu'a réalisé l'État-nation, depuis son accomplissement dans la révolution française, a consisté à exprimer les rapports sociaux sous la forme de rapports de classes, tout en rendant compatibles accumulation du capital et organisation sociale dans un cadre politique national correspondant grosso modo à son marché économique. Pour cela il s'agissait de dépasser le caractère borné d'un État expression de la domination d'une (...)

L’État propriétaire et les classes, Nicolas

Cette note est constituée d'une série de remarques à propos du texte de Temps Critiques « L'État-réseau et l'individu démocratique ». Ces remarques ne sont pas nécessairement articulées entre elles de manière très rigoureuse, sont largement insuffisantes et ne constituent certainement pas un avis définitif. En particulier, elles ne répondent pas aux précisions apportées par d'autres textes, dont « Ce qui est frappant… », qui constitue une fine analyse de l'ensemble des débats menés sur (...)

État-réseau, réseau d’État et gouvernance mondiale, Jacques Wajnsztejn

La forme réseau qui apparaît par exemple dans une régionalisation accrue (les plans États-Régions et un rôle plus important dévolu aux collectivité locales), dans la mise en place de projets pour les quartiers (DSQ, pour les quartiers « défavorisés », mais aussi mise en place récente et pour tous de « conseils de quartier »), de projets associatifs menés en liaison avec les pouvoirs publics, ne signalent pas une moindre intervention de l'État, mais une restructuration-redéploiement de ses activités à (...)

État-réseau et service public, Nicolas

Les remarques et critiques émises par Jacques Wajnsztejn dans État-réseau, réseaux d'État et « gouvernance mondiale » permettent d'identifier clairement nos convergences et divergences actuelles sur la question de l'État. Pour partie, elles sont liées à une méconnaissance des travaux antérieurs de Temps critiques de ma part, et à une formulation insuffisante de la théorie de l'État-capitaliste, développée dans différents textes du Cercle social, mais d'une manière qui reste sommaire. (...)

L’État dans le mouvement capitaliste, Nicolas

La dette publique, en d'autres termes l'aliénation de l'État, qu'il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l'ère capitaliste. La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c'est leur dette publique. Il n'y a donc pas à s'étonner de la doctrine moderne que plus un peuple s'endette, plus il s'enrichit. Le crédit public, voilà le credo du capital. (...)

Pour une critique de la conception fiscaliste de l’État, Jacques Wajnsztejn

1 – J'avoue ne pas comprendre toute la logique de ce dernier texte de N. Il apparaît comme une justification historique de certains points théoriques avancés par les textes précédents, mais en dehors de la problématique d'une caractérisation présente de l'État qui fait pourtant l'objet de notre échange.
2 – Plus gênant peut être, sa chronologie historique de la formation de l'État, qui ne repose que sur un seul mécanisme, l'amène à déshistoriser son développement comme s'il (...)