II. Consommation et dynamique du capital


Consommation et dynamique du capital, Jacques Wajnsztejn

Salaire et consommation chez Marx En filigrane : une théorie marxiste des besoins
Le phénomène de la consommation est extérieur au marxisme qui ne lui reconnaît qu’une importance minime définie comme le niveau de reproduction de la force de travail correspondant au salaire de subsistance en rapport à des « besoins » déterminés historiquement. En effet, pour Marx les besoins ne sont pas « illimités » dans l’absolu, ils sont toujours situés historiquement, ils dépendent du degré de développement des forces (...)

Quelques mots sur le consumérisme, Bruno Signorelli

Je souhaitais compléter le point suivant : le rapport entre le développement de la société de consommation à partir des Trente glorieuses (voire avant avec ses prémisses dans les années 1920) et l’aliénation du prolétariat à ce mode de vie.
Comme le précise Jacques W, c’est à partir du fordisme que les salariés ont été considérés comme de futurs clients.
L’avènement de la société de consommation a probablement pour source la production de masse qui a été mise en branle aux États-Unis à partir des années 1920 (...)