III. Le présent des transformations du travail


Les transformations du rapport salarial, Jacques Wajnsztejn

La transformation actuelle des contrats de travail repose la question de savoir si le rapport salarial est principalement une forme structurelle où une forme de la dépendance monétaire. La tendance actuelle semble donner raison à cette dernière hypothèse, car la crise du travail et l’inessentialisation croissante de la force de travail semblent réinstaurer la forme première du rapport salarial qui prend cette forme de dépendance monétaire. La revendication d’un salaire garanti apparaît alors plus (...)

Salariat et précarité : condition et luttes du travailleur précaire, C. Gzavier

Nous partirons du travail théorique développé par la revue Temps critiques1 quant à la perte de centralité du travail vivant dans le procès de valorisation. Nous prendrons ici le temps d’en cerner les conséquences quant à la précarité pour le travailleur au travers de notre propre expérience2.
À partir du CPE3
Le mouvement contre l’ensemble de la loi dite « pour l’égalité des chances » et son fameux Contrat Première Embauche (CPE) a exprimé chez les jeunes et surtout de la part des étudiants, un refus de la (...)

Travail et mépris, Venant Brisset

« Moi, je fais partie de ceux qui défendent que le rapport au travail n’est pas contingent, n’est pas accessoire, n’est pas anecdotique, que tout être humain cherche d’une certaine façon à travers le travail l’occasion de se mettre à l’épreuve de soi, pour devenir soi-même, pour s’accomplir. Je pense que c’est un invariant humain. Le mépris dans lequel est tenu le travail n’est pas d’aujourd’hui. Ça a existé déjà dans l’Antiquité, c’étaient les esclaves, c’est passé par les serfs de l’Ancien régime, ça (...)

Quelques mots sur ton texte “Travail et mépris”, Jacques Wajnsztejn

Venant,
Ta critique de Dejours est intéressante. Toutefois les « incohérences cohérentes » de Dejours ne lui sont pas propres, car elles proviennent d’une difficulté objective à définir le travail. Cela conduit soit à le naturaliser et donc à ne distinguer qu’entre travail contraint et activité libre faisant ainsi disparaître la spécificité du travail salarié et celle du salariat en tant que rapport social global liant capital et travail ; soit à le diaboliser avec la référence au tripalium et donc, là (...)