II. FLux de capitalisation et systèmes techniques


Systèmes fluidiques et société connexionniste, Bernard Pasobrola

« Je dirai maintenant comment est faite Octavie, ville-toile d’araignée. Il y a un précipice entre deux montagnes escarpées : la ville est au-dessus du vide, attachée aux deux crêtes par des cordes, des chaînes et des passerelles. (…) Telle est la base de la ville : un filet qui sert de lieu de passage et de support. Tout le reste, au lieu de s’élever par-dessus, est pendu en dessous : échelles de corde, hamacs, maisons en forme de sacs, portemanteaux, terrasses semblables à des nacelles, outres pour (...)

Derrière la crise financière, l’unification problématique du capital, Jacques Wajnsztejn

Le discours du capital sur l’économie
Ce n’est pas parce que le discours que la société capitaliste porte sur elle-même tend à faire accroire que l’économie domine tout et le domine comme une fatalité (« Il n’y a pas d’alternative » disait déjà Margaret Thatcher), que nous devons lui faire confiance et tout appréhender à partir d’une vision économiciste. C’est pourtant ce qui s’impose dans les médias avec un discours asséné aussi bien par des journalistes que par des hommes politiques ou encore des économistes. (...)

Crise, dramaturgie et jeu, Bernard Pasobrola

On néglige souvent, dans l’analyse de l’imaginaire de l’économie, la notion de jeu, ou bien on la réduit à l’activité sur les produits financiers qualifiée d’« économie-casino ». Il y aurait d’une part une économie saine et sérieuse, un usage rationnel de l’argent, et, d’autre part, des excès ou débordements dus à l’inconscience ou l’irresponsabilité de certains acteurs économiques qui auraient une tendance excessive à « jouer » au lieu d’accomplir consciencieusement leur mission.
Anselm Jappe, par exemple, (...)