Puissance, pouvoir et politique


L’aporie du politique, Jacques Wajnsztejn

On ne peut éluder la question de la puissance et du pouvoir.
Que le gouvernement politique puisse être remplacé par « l'administration des choses » est une idée qui nous vient de Saint-Simon. En son temps, elle a représenté l'anticipation d'une idéologie technocratique gestionnaire qui semble aujourd'hui triompher, à l'heure de la complexité d'un monde « néomoderne »1. qu'il faut gérer avant tout. On voit donc bien le devenir capitaliste de la formule. Plus surprenante est sa (...)

Acte et puissance, Guy-Noël Pasquet

C'est la puissance qui porte le devenir en mettant l'acte en puissance mais c'est l'acte qui fait du devenir un devenir-autre. L'acte est altérité alors que la puissance est mouvement du même. La puissance produit du capital, non plus dans l'activité qui vient s'y inscrire mais avec une activité autonomisée, immédiate à la puissance. La reproduction par division du même et non pas par altération, par dédoublement d'une puissance et d'un acte.
De la même manière, (...)